Information binaire et Variables booléennes

Les machines traitent et mémorisent l’information au moyen de circuits logiques binaires : leurs entrées et sorties se caractérisent exclusivement par deux états : l’état logique bas et l’état logique haut.

Ceci s’explique par la technologie employée : les microprocesseurs sont constitués d’une multitude de composants électroniques que l’on appelle des transistors et qui ne peuvent prendre que deux états, bloqué ou saturé, et se comportent comme des interrupteurs. Ce sont des circuits logiques, le plus souvent à base de transistors, qui réalisent toutes les opérations dans les processeurs des machines …

Source : https://fr.wikibooks.org/wiki/Fonctionnement_d%27un_ordinateur/Les_transistors_et_portes_logiques

 


Informations binaires et Variables booléennes

Une variable booléenne ne peut prendre que deux valeurs, notées 0 et 1.

Ces variables peuvent servir à constituer une information binaire (oui/non, vrai/faux, égal/différent, marche/arrêt, allumé/éteint , …) ou à décrire l’état physique d’un composant d’un système (alimentation d’un composant, action sur un bouton, …)

  • La valeur 0 représente l’état physique d’un composant non alimenté, ou ne recevant pas d’action physique.
  • La valeur 1 représente l’état physique d’un composant alimenté.

exemples : une lampe, résistance, un relais, un contacteur, sont à l’état 0 lorsqu’ils ne sont pas alimentés. Le circuit est alors ouvert.

Formes de l’information binaire

La valeur booléenne est donnée par l’état logique (haut ou bas) de la grandeur physique qui la porte : de l’électricité.

Il existe plusieurs types de circuits intégrés.

Exemple : dans le cas de l’utilisation de circuits intégrés en logique T.T.L. (Transistor-Transistor Logic), l’état logique HAUT correspond à une tension « proche » de 5V et l’état logique BAS à une tension « proche » de 0V.

Tension État logique Valeur
booléenne
5V HAUT 1
  indéterminé  
0V BAS 0

Il ne faut pas confondre :

  • la valeur de tension, en Volt, aux bornes des composants d’un circuit logique,
  • l’état logique HAUT ou BAS aux bornes des composants d’un circuit logique (qui dépend de la tension),
  • la valeur booléenne, exprimée à l’aide des deux bits 0 et 1 qui représentent les deux états logiques bas et haut.

Le bit est l’unité des informations logiques (bit est l’abréviation de binary digit).

 

Les contacts

Les transistors ne peuvent prendre que deux états : bloqué ou saturé et se comportent comme des interrupteurs que l’on appellera contacts. On distingue deux types de contacts :

  au repos
(état BAS)
actionné
(état HAUT)

Contact à fermeture

Contact qui est ouvert au repos (ou normalement ouvert) et qui se ferme lorsqu’il est actionné.

Contact à ouverture

Contact qui est fermé au repos et qui s’ouvre lorsqu’il est actionné.

Un contact est à l’état 0 en l’absence d’action physique sur celui-ci, et à l’état 1 s’il est actionné.

 


Algèbre binaire (ou algèbre de Boole)

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Algèbre_de_Boole_(logique)

Opérateurs logiques

Les calculs sur les variables booléennes sont réalisés grâce à l’algèbre de Boole qui comporte 3 opérateurs élémentaires :

Opérateur Équation logique Symbole logique Table de vérité Schéma électrique
NON
(NOT)
\(\begin{align}
NOT\;a&=\bar a \\
&=\lnot a \\
&=\;!a
\end{align}\)

\(a\) \(NOT\;a\)
0 1
1 0
ET
(AND)
\(\begin{align}
a\;AND\;b&=a\cdot b \\
&=a\;\land\;b \\
&=a\;\&\;b \\
\end{align}\)

\(a\) \(b\) \(a\;AND\;b\)
0 0 0
0 1 0
1 0 0
1 1 1
OU
(OR)
\(\begin{align}
a\;OR\;b&=a+b\\
&=a\;\lor\;b \\
&=a\;\|\;b\\
\end{align}\)

\(a\) \(b\) \(a\;OR\;b\)
0 0 0
0 1 1
1 0 1
1 1 1

 

A partir de ces trois opérateurs élémentaires, on peut également définir les opérateurs suivants :

Opérateur Équation logique Symbole logique Table de vérité Schéma électrique
NON-ET
(NAND)
\(\begin{align}
a\;NAND\;b&=\overline{a\cdot b}\\
&=\lnot\left(a\;\land\;b\right) \\
&=\;!\left(a\;\&\;b\right) \\
\end{align}\)

\(a\) \(b\) \(a\;NAND\;b\)
0 0 1
0 1 1
1 0 1
1 1 0
NON-OU
(NOR)
\(\begin{align}
a\;NOR\;b&=\overline{a+b}\\
&=\lnot\left(a\;\lor\;b\right) \\
&=\;!\left(a\;\|\;b\right) \\
\end{align}\)

\(a\) \(b\) \(a\;NOR\;b\)
0 0 1
0 1 0
1 0 0
1 1 0
OU exclusif
(XOR)
\(\begin{align}
a\;XOR\;b&=a\oplus b\\
&=a\;\underline{\lor}\;b\\
\end{align}\)

\(a\) \(b\) \(a\;XOR\;b\)
0 0 0
0 1 1
1 0 1
1 1 0

Remarques :

  • NAND est l’opérateur de base des circuits intégrés en logique T.T.L. (Transistor-Transistor Logic)
  • les opérateurs NON-ET et NON-OU sont qualifiés d’opérateurs complets car ils permettent la réalisation des trois opérateurs élémentaires NON, ET et OU.
Activité
  • Exprimer chacun des opérateurs élémentaires à l’aide du seul opérateur NON-ET
  • Faire de même avec l’opérateur NON-OU

 

Propriétés fondamentales de l’algèbre de BOOLE

Éléments neutres et absorbants

  • 0 est élément neutre de la fonction OU : \(\large{a+0=a}\)
  • 0 est élément absorbant de la fonction ET : \(\large{a\cdot 0=0}\)
  • 1 est élément neutre de la fonction ET : \(\large{a\cdot 1=a}\)
  • 1 est élément absorbant de la fonction OU : \(\large{a+1=1}\)

Complémentarité

  • \(\large{a+\bar a=1}\)
  • \(\large{a\cdot\bar a=0}\)

Commutativité

  • du produit logique : \(\large{a\cdot b=b\cdot a}\)
  • de la somme logique : \(\large{a+b=b+a}\)

Distributivité

  • de la fonction ET par rapport à la fonction OU : \(\large{a\cdot (b+c)=a\cdot b+a\cdot c}\)
  • de la fonction OU par rapport à la fonction ET : \(\large{a+(b\cdot c)=(a+b)\cdot (a+c)}\)

Absorption

  • \(\large{a+a\cdot b=a\cdot 1+a\cdot b=a\cdot (1+b)=a}\)

Idempotence

  • \(\large{a+a=a}\)
  • \(\large{a\cdot a=a}\)

Associativité

  • du produit logique : \(\large{a\cdot (b\cdot c)=(a\cdot b)\cdot c=a\cdot b\cdot c}\)
  • de la somme logique : \(\large{a+(b+c)=(a+b)+c=a+b+c}\)

Théorèmes de DE MORGAN

  • Premier théorème : \(\large{\overline{a+b}=\bar a \cdot \bar b}\)
  • Deuxième théorème : \(\large{\overline{a\cdot b}=\bar a + \bar b}\)

Exercices

Réduire les expressions logiques suivantes à l’aide des propriétés de l’algèbre de Boole :

  • \(A=a+a\cdot b\)
  • \(B=a\cdot(a+b)\)
  • \(C=a+(\bar{a}\cdot b)\)
  • \(D=(a+b)\cdot(a+\bar{b})\)
  • \(E=(a+b)+(\bar{a}+b)+(a+\bar{b})\)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *